Serpens, Misericordia Nociva

Serpens, Misericordia Nociva

Qui secourt les méchants s’en repentit à lafin !

Un homme ramassa un serpent raide de froid
Et aussitôt qu’il l’eut réchauffé, l’aiglefin,
Lui rendant sa gentillesse comme il se doit,
Le mordit, tuant ainsi sa pauvre victime !
Un autre lui demanda la cause de ce crime :
«C’est pour qu’on n’oublie pas
Qu’on ne doit jamais obliger les scélérats.»

Fable de David Claude inspirée de Phèdre

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License