Pauo ad Iunomen de uoce sua

Le Paon et Junon

Indigné de n'avoir pas eu en partage la voix du rossignol, le Paon vînt trouver Junon. «Les sons harmonieux du rossignol, dit-il, plaisent à tout le monde, tandis que ma voix ne fait qu'exciter le rire. » La déesse lui répondit, pour le consoler : - - Mais ne l'emportes-tu point par ta beauté, par ton port majestueux? ton collier d'émeraude brille des plus vives couleurs, et tu déploies en rayons la queue qui étincelle de mille pierreries.
- A quoi me sert une beauté muette, si je suis le dernier par la voix.
- Le destin, reprit Junon, vous a partagé les dons de la nature: toi, tu as reçu la beauté; l'aigle, le courage; le rossignol, des accens mélodieux, le corbeau, sert aux prédictions des augures; la corneille, porte de sinistres présages ; et cependant chacun est content de son lot.

Gardez-vous de porter envie aux biens que vous n'avez pas; si vos espérances étaient trompées, il ne vous resterait que des regrets.

Fable de Phèdre (inspirée d'Esope)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License