Le poids du monde

Le poids du monde

Soulevons énigme en ce Fabliau :

« Que portons nous sur le dos,
Qui fuit quand on lui jette oeil
Derrière l’épaule et qui reste un écueil
Même dans une glace
Lui faisant volteface ? »

Le poids du monde
Comme le suppose notre titre…
… Non, et c’est plus sinistre :
L’âge ! Dont chaque écoulée seconde
Nous sépare de celui de la jeunesse
Et son doux souvenir
Mais qui rapproche celui à venir,
Des maux de la vieillesse,
Duquel on n’échappe
Ni ne réchappe !

Avant de conclure la Fable,
D’Esope notons celle semblable
Faisant légende que Prométhée
Eut jadis deux besaces
Emplit de nos tares, et c’est cocasse,
De celles d’autrui ; Mais
Cela devint sagace
Quand ce Titan plaça l’une de face
Et la seconde à l’arrière de nous autres :
Depuis lors de juger les nôtres
Qu’à leurs visibles défauts
Ignorant ceux que l’on porte !

Enfin, il est de même sorte
Distribué à chacun ballot
A sa naissance,
Tels nos récits de bon sens,
S’y trouvant nos choix :
Qu’ils soient notables et celui-là
De s’alléger comme au vent…
… Mais qu’ils soient navrants
Et de se vouter sous son fardeau !

On peut trouver ces récits ballots
Et leurs histoires niaises,
Mais vous, vraiment… rien ne vous pèse ?

Auteur : Val


Commentaires à venir

hdfwab12.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Histoires de Fables)

val
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License