Le Lion et le Rat

Le Lion et le Rat

Un lion se trouvant en rupture de zoo,
Voulut faire une balade en ville.
Mal lui en prit d’une conduite si futile,
Il ne rencontra qu’un cabot,
Qui à sa vue décampa illico.
Faut dire qu’un lion qui arpente les rues,
N’est pas fait pour rassurer du tout.
Il erra longuement de par les avenues,
Sans rencontrer âme qui vive.
Lui dont la promenade était inoffensive,
Et qui ressemblait fort à un bon gros matou,
Il se voulait pourtant aimable.
Bon, ses rugissements n’étaient pas miaous
Mais ils étaient du genre écoutables.
Chemin faisant, il rencontra un rat.
Notre rongeur, portait des bottes,
L’allure cavalière il allait à grands pas.
-Où vas-tu mon ami rugit le fauve heureux,
De découvrir un être vivant en ces lieux.
-Je suis pressé dit l’autre, il faut que je me trotte,
Je quitte cette ville où les hommes sont fous,
Et tous les animaux sont capons ou jaloux.
Viens avec moi, l’ami, nous pourrons tous les deux,
Monter le Cirque des Etoiles.
Camarade Lion rallumons donc les feux,
De notre jeunesse rebelle !
Plus que notre pitance, la gloire nous appelle,
Hissons très haut la voile à notre liberté,
Nous serons les premiers d’un cirque émancipé !
Le lion le regarde avec l’air étonné,
-J’ai connu avant toi tous les feux de la rampe,
Et n’attend pas que je décampe,
De ce pays qui m’a donné asile,
Ta fugue, je le vois, est d’un ordre infantile.
Tu reviendras un jour dans ton terrier le rat,
Va donc parcourir le monde,
Tes rêves mon ami, sont l’écume des jours,
La liberté ne vaut qu’avec beaucoup d’amour.
Je retourne à mon zoo, dont j’ai perdu l’adresse,
On y mange très bien, avec un plus, tendresse.
Et tandis que tu vagabondes,
Je vais revenir sur mes pas.
Un tien vaut mieux que deux tu l’auras.


Retour : Julien Sabban

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License