Le Hérisson et les Lapins

Le Hérisson et les Lapins


Il est certains esprits d' un naturel hargneux
qui toujours ont besoin de guerre ;
ils aiment à piquer, se plaisent à déplaire,
et montrent pour cela des talents merveilleux.
Quant à moi, je les fuis sans cesse,
eussent-ils tous les dons et tous les attributs :
j' y veux de l' indulgence ou de la politesse ;
c' est la parure des vertus.
Un hérisson, qu' une tracasserie
avoit forcé de quitter sa patrie,
dans un grand terrier de lapins
vint porter sa misanthropie.
Il leur conta ses longs chagrins,
contre ses ennemis exhala bien sa bile,
et finit par prier les hôtes souterrains
de vouloir lui donner asyle.
Volontiers, lui dit le doyen :
nous sommes bonnes gens, nous vivons comme freres,
et nous ne connoissons ni le tien ni le mien ;
tout est commun ici : nos plus grandes affaires
sont d' aller, dès l' aube du jour,
brouter le serpolet, jouer sur l' herbe tendre :
chacun, pendant ce temps, sentinelle à son tour,
veille sur le chasseur qui voudroit nous surprendre ;
s' il l' apperçoit, il frappe, et nous voilà blottis.
Avec nos femmes, nos petits,
dans la gaîté, dans la concorde,
nous passons les instants que le ciel nous accorde.
Souvent ils sont prompts à finir ;
les panneaux, les furets, abregent notre vie,
raison de plus pour en jouir.
Du moins par l' amitié, l' amour et le plaisir,
autant qu' elle a duré nous l' avons embellie :
telle est notre philosophie.
Si cela vous convient, demeurez avec nous,
et soyez de la colonie ;
sinon, faites l' honneur à notre compagnie
d' accepter à dîner, puis retournez chez vous.
à ce discours plein de sagesse,
le hérisson repart qu' il sera trop heureux
de passer ses jours avec eux.
Alors chaque lapin s' empresse
d' imiter l' honnête doyen
et de lui faire politesse.
Jusques au soir tout alla bien.
Mais lorsqu' après souper la troupe réunie
se mit à deviser des affaires du temps,
le hérisson de ses piquants
blesse un jeune lapin. Doucement, je vous prie,
lui dit le pere de l' enfant.
Le hérisson, se retournant,
en pique deux, puis trois, et puis un quatrieme.
On murmure, on se fâche, on l' entoure en grondant.
Messieurs, s' écria-t-il, mon regret est extrême ;
il faut me le passer, je suis ainsi bâti,
et je ne puis pas me refondre.
Ma foi, dit le doyen, en ce cas, mon ami,
tu peux aller te faire tondre.

Fable de Jean-Pierre Claris de Florian

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License