Le Fanfaron (David-Claude)
couvdc11.jpg
  • Fable retenue pour la Joute III de la Guilde Fabulaire

Le Fanfaron

Un athlète de pentathle manquait de vigueur ;
Comme ses concitoyens lui tenaient rigueur,
Il partit faire une tournée à l’étranger.
Un jour, il s’en revint et , à maintes reprises,
Narrait qu’il mena si bien ses entreprises
Que le public ne cessa de l’encourager.
Dans toutes les cités
Où il était passé,
Se vantait-il, on loua ses capacités ;
Nombre d’attente, son succès avait dépassé.
Notamment à Rhodes où il fit un tel saut
– Où il mit la barre si haut –
Qu’un autre athlète ne pourrait le reproduire
Et, que si on en doutait, il pourrait produire
Comme témoins tous ceux qui le virent si, un jour,
Ils venaient dans le pays faire un séjour.
Une personne parmi
La foule prit alors la parole : « Eh ! l’ami,
Nul besoin de témoins,
Ici c’est Rhodes, ne nous laisse pas en reste :
Voyons ce saut au moins.

A la parole, il faut toujours joindre le geste.
Le fanfaron peut croire
A ses sornettes, à ses propres balivernes
Mais faire prendre des vessies pour des lanternes
A la multitude, c’est tout autre histoire.

Fable de David Claude inspirée de celle éponyme écrite en prose d'Esope…

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License