Le Coq et son lot

Le Coq et son lot

Quel étrange animal que le Coq :

Jadis Roi ubuesque de sa cour
S’annonçant à chaque point du jour
De son chant ad hoc
Et, à notre présente époque,
Tenu pour bien loufoque
Sans qu’on sache si
D’un clocher, auquel il s’en était pris
Croyant qu’il lui volait ses mâtines,
Ou d’une girouette, copiant sa mine
Et contre laquelle naguère
Il livra ridicule guerre,
On en dû d’avoir été refoulé
Au sommet d’un mont fait de lisier…
… Quoi qu’il en soit la bête désormais sans prestige
D’y mirer du passé les vestiges
Quand alors sur le poulailler en maître il régnait !

Pour autant, juché sur ce tas de fumier,
Son amour propre n’avait point changé,
L’emplumé de rester fier
Même en ce puant ministère…
… Preuve en fut attestée
Quand, fouillant le purin en quête de son fricot,
En lieu d’y trouver Vertiau
Il en sortit un diadème serti d’or !
Pour retrouver son rang d’alors
Vous pensez sans doute là
Que sur sa crête il s’en coiffa ?
Au contraire, de cette Providence
Il en dénia le sens,
À l’évidence
Ne pouvant lui remplir la panse,
En jetant le magot
Et avec comme de son sort le lot
Préférant sujets aux Lombrics grimaces
En son royaume de peu saintes odeurs
Plutôt que d’en rejoindre un ailleurs
Mais d’y perdre son statut et surtout la face…

Ainsi, comme du Coq, il en est
Qui s’enlisant dans la boue
Pareillement y chante jusqu’au bout
Au lieu de s’alléger de leur orgueil pour s’en dégager !

Auteur : Val


  • Fricot : Nom d’autrefois pour désigner un repas, un ragoût ou un mets
  • Lombric : Ver de terre
  • Vertiau : Surnom populaire du Ver de terre
hdfwab12.jpg

(tiré de l'ouvrage édité : Histoires de Fables)

val
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License