La Tortue et le Lièvre (Loqman le Sage)

La Tortue et le Lièvre

La tortue et le lièvre se défièrent un jour à la course, et ils fixèrent pour but une montagne vers laquelle ils dévoient courir. Le lièvre, se fiant sur sa légèreté, son agilité, et la rapidité si souvent éprouvée de sa course, s'arrêta dans le chemin et s'endormit; mais la tortue, au contraire, connoissant la pesanteur qu'elle avoit reçue de la nature, ne se reposa ni ne s'arrêta dans sa marche ; et elle étoit déjà arrivée à la montagne, lorsque le lièvre, se réveillant à peine de son sommeil, trouva qu'elle l'avoit déjà devancé au but. Il se repentit donc de son retard, lorsque son repentir ne pouvoit plus lui être utile.

Cette Fable signifie que deux ennemis étant en guerre, l'un foible et l'autre fort, si le foible, par crainte pour lui-même, a soin de ne pas s'endormir, il arrive souvent qu'il l'emporte sur le plus fort qui aura négligé de se mettre sur ses gardes, et qui se repentira de sa négligence, lorsque se repentir sera inutile.

  • Fable qu'on ne présente plus ! (NDLR)

Fable de Loqman le Sage
Source : Gallica (BNF)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License