La Sauterelle

La Sauterelle


C' en est fait, je quitte le monde ;
je veux fuir pour jamais le spectacle odieux
des crimes, des horreurs, dont sont blessés mes yeux.
Dans une retraite profonde,
loin des vices, loin des abus,
je passerai mes jours doucement à maudire
les méchants de moi trop connus.
Seule ici bas j' ai des vertus :
aussi pour ennemi j' ai tout ce qui respire,
tout l' univers m' en veut ; homme, enfants, animaux,
jusqu' au plus petit des oiseaux,
tous sont occupés de me nuire.
Eh ! Qu' ai-je fait pourtant ? … que du bien. Les ingrats !
Ils me regretteront, mais après mon trépas.
Ainsi se lamentoit certaine sauterelle,
hypocondre et n' estimant qu' elle.
Où prenez-vous cela, ma soeur ?
Lui dit une de ses compagnes :
quoi ! Vous ne pouvez pas vivre dans ces campagnes
en broutant de ces prés la douce et tendre fleur,
sans vous embarrasser des affaires du monde ?
Je sais qu' en travers il abonde :
il fut ainsi toujours, et toujours il sera ;
ce que vous en direz grand' chose n' y fera.
D' ailleurs où vit-on mieux ? Quant à votre colere
contre ces ennemis qui n' en veulent qu' à vous,
je pense, ma soeur, entre nous,
que c' est peut-être une chimere,
et que l' orgueil souvent donne ces visions.
Dédaignant de répondre à ces sottes raisons,
la sauterelle part, et sort de la prairie
sa patrie.
Elle sauta deux jours pour faire deux cents pas.
Alors elle se croit au bout de l' hémisphere,
chez un peuple inconnu, dans de nouveaux états ;
elle admire ces beaux climats,
salue avec respect cette rive étrangere.
Près de là, des épis nombreux
sur de longs chalumeaux, à six pieds de la terre,
ondoyants et pressés se balançoient entre eux.
Ah que voilà bien mon affaire !
Dit-elle avec transport : dans ces sombres taillis
je trouverai sans doute un désert solitaire ;
c' est un asyle sûr contre mes ennemis.
La voilà dans le bled. Mais, dès l' aube suivante,
voici venir les moissonneurs.
Leur troupe nombreuse et bruyante
s' étend en demi-cercle, et, parmi les clameurs,
les ris, les chants des jeunes filles,
les épis entassés tombent sous les faucilles,
la terre se découvre, et les bleds abattus
laissent voir les sillons tout nus.
Pour le coup, s' écrioit la triste sauterelle,
voilà qui prouve bien la haine universelle
qui par-tout me poursuit : à peine en ce pays
a-t-on su que j' étois, qu' un peuple d' ennemis
s' en vient pour chercher sa victime.
Dans la fureur qui les anime,
employant contre moi les plus affreux moyens,
de peur que je n' échappe ils ravagent leurs biens :
ils y mettroient le feu, s' il étoit nécessaire.
Eh ! Messieurs, me voilà, dit-elle en se montrant ;
finissez un travail si grand,
je me livre à votre colere.
Un moissonneur, dans ce moment,
par hasard la distingue ; il se baisse, la prend,
et dit, en la jetant dans une herbe fleurie :
va manger, ma petite amie.

Fable de Jean-Pierre Claris de Florian

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License