La Menteuse

La Menteuse

Evidemment, Amanda ment.
Vous l’avez remarqué à ses yeux qui pétillent.
Elle sait trop, la belle fille,
Avec un sourire gourmand
Changer une vérité qui dérange,
En un rêve ou une illusion.
Faut dire qu’Amanda est jolie comme un ange,
Mentir est son péché mignon,
Il y a en elle un démon,
Qui la pousse à mentir et sans aucun remords
Qu’elle ait raison ou qu’elle ait tort.
Son ami amoureux, trouve ça fantastique,
-Tu as chère Amanda, le mensonge érotique,
Mais,
Dis moi quand même si tu ‘m’aimes ?
Sans me mentir évidemment.
-Comment sauras tu si je mens ?
C’est pour toi le même problème,
Que je réponde oui ou non.
L’amour, ce qu’on m’a dit, est un dieu polisson.
-Ah, s’écrie le galant dépité,
J’aimerais tant que tu sois claire !
Je sais que dans ton cœur tu cultives des songes
Et si je chéris tes mensonges,
Je leur préfère la lumière.
-Si je mens par plaisir, je suis toujours sincère
Et tu sais qu’il y a des vérités amères
A peine prononcés, les mots se démantèlent
Et ceux que l’on entend sont toujours infidèles
Et si j’ai pris le mode qui plaît à mon ego,
Je dis ma vérité et j’ignore les sots.
-Ma question Amanda, est pour nous deux vitale
Dis moi la vérité, répond moi sans ambages
C’est l’amour qui l’exige autant que la morale
-Mon pauvre ami lui répond Amanda
La morale et l’amour ne font pas bon ménage
C’est un leurre à gogo et personne n’y croit
La vérité si je ne mens
Me ferait perdre mon amant
Faut m’accepter comme je suis
Je te dis vrai mais… travesti
A toi de décider et à toi de choisir
Essaie donc de comprendre et cesse de gémir
Le premier de nous deux qui dit la vérité
Il sera, sûr, exécuté


Retour : Julien Sabban

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License