La Mariée est trop belle

La Mariée est trop belle

Un chat, que les grandes chaleurs,
Poivraient le lourd sommeil, d’images obsédantes,
Se demandait pourquoi, sa féline de cœur,
Devenait avec lui, inconstante.
-Dis moi, chérie, dit-il en langage de chat,
Pourquoi certains jours tu me fuis ?
Pourtant nous nous sommes unis
Devant le roi du peuple chat,
Le Seigneur Raminagrobis !
-Je sais, dit la coquette, en lissant son pelage,
Ton seigneur m’initia à son dévergondage,
Et maintenant, à chaque retour des saisons,
Je cours la prétentaine, sans rime ni raison.
-Ah ah, dit le matou outré de l’impudence
De celle qu’il nommait, sa chatte préférée,
Tu vas mettre une fin, à ta folle inconstance,
Me prouver ta fidélité.
-Je voudrais bien savoir, quelle mouche te pique,
A ma façon, je suis fidèle,
C’est un joli cadeau, qu’une compagne belle !
Je t’ai connu le Chat, beaucoup moins despotique,
Tu trouves ma vertu, digne d’un élastique,
Je puis en dire autant de ta conduite,
Quand tu vas rencontrer, des félines aux gouttières.
Plutôt que de miauler, après ta favorite,
Evite avec tes cris, d’alerter la fourrière.
Redeviens le félin, de mes nuits tropicales,
Celui qui me vouait une passion totale !
Nous goûterons ensemble, aux folies du printemps.
Hé bien,je te pardonne, dit le matou content.
En attendant, ces folles nuits,
Tu porteras l’habit qui sied aux chattes nonnes.
-D’accord répond la coquine à son tour
Demandons à Raminagrobis
De sceller de son seing notre nouvel amour.
Celle là est bien bonne
Rugit le matou en colère,
J’aurais du écouter ma mère
Mais je n’ai pas voulu l’entendre
Et tel est pris qui croyait prendre


Retour : Julien Sabban

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License