Il était une fois La Femme

Il était une fois La Femme

Il était une fois, au jardin paradis,
Des hommes qui vaquaient, tous nus et sans soucis.
Et l’un d’eux, qui musait sous des bananes fleurs,
Un bel adolescent, au sourire charmeur,
Aperçoit dans l’eau claire d’une rivière,
Un nouvel habitant.
Un être exceptionnel, étrange et ravissant.
D’un regard attentif, privé de toute gêne,
Le jeune homme comprend que ce bel indigène,
N’est pas de sa tribu, il est …tout différent
Et pourtant ressemblant.
Or c’est bien d’une femme dont notre petit homme,
Venait de faire la rencontre en somme.
- D’où viens-tu, mon ami, sublime résident,
Je vois à tes façons, cela m’est évident,
Tu n’as pas les beautés de mes frères hominiens,
Tu as des qualités et de plus beaux attraits.
C’est vrai !
Dis-moi quel est ton nom et dis-moi d’où tu viens ?
La femme lui sourit et lui tend une main,
- On m’appelle Aphrodite et je suis fille d’Eve,
Je naquis certain jour sur une immense grève.
On dit que je suis belle, et je porte en mon sein,
Tout le lait qui nourrit, et les hommes et leurs faims.
- Pardonne belle amie je vois à ton discours
Qu’il oblige les hommes à te faire la cour
Tu ressembles à la mer, au ciel et aux étoiles
Tu es belle étrangère ainsi nue et sans voiles
Je n’avais pas jusqu’à présent
Connu de trouble aussi puissant
Et je sens dans mon cœur des choses qui palpitent.
-Ce n’est rien mon ami, je sais ce qui t’agite
Tu es trop jeune encore et l’amour est un bien
Qui mesure le temps et tisse tous les liens
Répond la belle voyageuse
-Mais l’amour et le temps ici sont inconnus
Je suis pressé, je t’aime, il faut m’en dire plus !
- Il faut te départir de ce piège enfantin
Tu le sauras un jour, tu le sauras demain
- J’ignore ces demains dont tu me parles tant
On ne conjugue ici que le moment présent
- C’est un chemin qu’il faut apprendre
Je t’aime moi aussi et au premier regard
J’ai compris que sitôt, il est déjà trop tard
Tu vas devoir m’attendre
Je repars dans le monde et garde bien au cœur
Cet amour qui ressemble à un moment bonheur.

  • Moralité : La femme est l’avenir de l’homme

Notes de l'Auteur :

Il était une fois La Femme
« La Femme est l’avenir de l’homme «Aragon »

Ce titre, c’est comme un conte, une légende, dont on m’a gentiment demandé de raconter l’histoire en un poème.
Et comment raconter la femme sans parler de l’homme ?
Vrai, peut-on parler du jour sans parler de la nuit, de la lumière sans son ombre, de l’eau sans le feu, du ciel sans la terre, du Yin sans le Yang ?


Retour : Julien Sabban

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License