Bergamote

Bergamote

Il était une fois, au pays des volailles
Plein de poules, coqs et canards de toutes tailles.
Telle était la ferme de Monsieur Cassegrain,
Un brave homme qui, de ses bêtes prenait soin.

Elles étaient heureuses dans le poulailler…
Du matin au soir, on les entendait piailler !
Dedans, Bergamote était une poule rousse,
Aux plumes superbes, flamboyantes et douces.

Bergamote était très jolie et courtisée
Par les coqs qui voulaient être ses fiancés.
Monsieur Cassegrain imaginait les poussins
Qui pourraient naître de ses œufs, un beau matin.

Mais hélas ! Bergamote ne pondait jamais
Quel que soit le coq qui à ses côtés, l’aimait.
Chez les poules, on peut avoir plusieurs maris,
Ceci est permis et pas du tout interdit.

Toutes les autres poules pondaient tout le temps,
Des œufs rosés ou même parfois des œufs blancs.
Bergamote désespérait d’être maman
Et, couchée sur son nid, elle pleurait souvent…

« J’ai honte de ne pouvoir être une vraie poule,
De n’avoir sous moi aucun petit œuf qui roule…
J’aurais tant voulu avoir un petit poussin
Qui picorerait près de moi tout plein de grains.
»

C’était une situation très compliquée
Qui laissait les autres poules interloquées.
Heureusement, parmi elles, était Charlotte
Qui avait beaucoup d’affection pour Bergamote.

Charlotte, poule blanche, avait une famille
Faite de poussins garçons et de poussins filles.
Elle comprenait le chagrin de son amie
Et décida de l’aider et point à demi !

« Ecoute Bergamote, tu ne peux pas pondre,
Quant à moi, j’ai une famille en très grand nombre.
Alors, je vais faire pour toi un très bel œuf…
Un œuf tout rond… un œuf tout blanc… un œuf tout neuf…
Je sais que d’être mère, tu as très envie,
Aussi, je vais te faire ce cadeau de vie.
Avec toi pour maman, il sera très heureux,
Ce sera notre secret à toutes les deux.
»

Ce qui fut dit, fut fait… et dès le mois suivant,
Charlotte offrit à son amie un œuf bien blanc.
Bergamote le couva avec grand amour
Jusqu’à ce que la coquille se brise un jour.

C’est ainsi que Bergamote devint maman
De Coco, un petit poussin au duvet blanc.
Bien sûr, les autres poules furent étonnées
De l’étrange blancheur de ce beau nouveau-né.

Assurément, les poules avaient deviné
Que ce blanc poussin lui avait été donné.
Mais qu’importe les plumes, blanches ou bien rousses,
L’essentiel est qu’elles donnent bonheur à tous.


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License