L'Âne et le vieux Pâtre

L'Âne et le vieux Pâtre

Dans un changement de gouvernement, il n'y a de changé pour le pauvre que le nom du maître.

C'est une vérité que prouve cette courte fable. Un timide Vieillard faisait paître son Ane dans une prairie. Effrayé tout à coup par les cris des ennemis, il conseille à son Ane de fuir, pour éviter d'être pris tous deux. Mais celui-ci lui répondit tranquillement : «Dites-moi, croyez-vous que le vainqueur m'oblige à porter double bât? — Non, repartit le Vieillard — Alors que me fait à moi qui je serve, puisque je dois toujours porter mon bât.»

Fable de Phèdre

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License